Smictom ou la bonne conscience

Comme jadis l’église vendait des indulgences, nos super managers on inventé le commerce de la bonne conscience.
On nous vante les mérites du tri, culpabilise ceux qui ne s’y soumettent pas et en arrière-plan c’est une toute autre réalité qui se profile.
Pas que je ne conteste le tri en soi, mais faire croire que c’est « LA » solution est un mensonge éhonté et coupable.
Que cela soit par ignorance ou par pur intérêt le procédé n’en est pas moins qu’une vaste entreprise de lavage de cerveau pour nous faire croire que la société s’occupe des problèmes environnementaux.
Allez donc ramener votre plastique bien trié à la déchetterie, on vous orientera bien gentiment vers la benne déchets « ultimes » ou « enfouissables ». Quels beaux noms pour dire l’échec du recyclage!
Quel progrès depuis ma tendre jeunesse où déjà l’on enfouissait.
Le meilleur tri c’est en amont qu’il faut le faire, c’est a dire qu’il faut se poser la question du bien fondé de notre production industrielle. Lorsque l’on décide de produire un objet en plastique, il serait judicieux de penser dès la pré-étude au devenir de l’objet en question en foin de vie. Or on se contente de créer une « écotaxe » de quelques centimes qui est sans commune mesure avec ce que coûtera le recyclage dudit objet, sinon à quoi servirait notre redevance ordures ménagères.
Non au lieu de faire peser sur la production de l’objet en question le prix de son cycle de vie on préfère se voiler la face en pensant que quelqu’un trouvera bien comment faire.

Alors je conclurais par « oui, TRIONS, mais ce que nous produisons » tout le reste n’est que procrastination!

La gestion de nos déchets serait-elle dictée par nos ordures?

Télétravail

Tout le monde ne parle que de ça, et avec la « crise » sanitaire l’occasion fait le larron!
Cadres, enseignants, fonctionnaires, employés administratifs, tous ces gens sont les premiers concernés.
Mème si la plupart ne plébiscitent pas le télétravail il est sûr que c’est ce que l’avenir nous réserve. Il suffit de voir l’engouement de certains pour ce « ‘nouveau » type de travail.
Et c’est certain, le mirage a de quoi séduire:

– moins de déplacements donc moins de CO2 émis (l’internet n’en produit pas !!!)
– Liberté des horaires (tu pourras travailler autant que tu voudras)
– Organisation aisée (on t’a sous la main quand on veut) …
Tout le monde semble y trouver son compte et les « lemmings » plongent tête baissée dans le panneau.
Lorsque le système sera rodé vous recevrez votre lettre de licenciement !
Il sera en effet facile de délocaliser votre travail en Inde, ou ailleurs et alors « adieu veaux, vache cochons, couvée!

J’ai travaillé avec les Indiens, les Singapouriens et autres Chinois, on devait sous-traiter 80% de nos projets!

Le prof et l’instituteur seront remplacés par des logiciels du cloud et nos braves rejetons seront gavés de programmes standard, et tant pis pour ceux qui ne suivent pas pour x raison, de toute façons on n’a pas besoin de leur compétences.
Et ceux qui auront les moyens enverrons leurs petits chéris dans des établissements privés où l’enseignement sera dispensé par des profs triés sur le volet.

Bref vous ne serez plus rien d’autre que des « objets-connectés » parmi des milliards d’autres, juste une adresse IP et d’ici à ce que l’on vous fasse accepter de porter un QR code ou une Puce il n’y a plus qu’un petit pas.
Désolé mais je ne crois plus en l’humanité, il n’y a guère plus que des veaux qui vont à l’abattoir.
Alors en attendant dormez tranquilles, on s’occupe de vous.

Mes chats ont été empoisonnés

Ils sont rentrés chez moi, l’air hagard, ils titubent, convulsent depuis bientôt 24 heures.
Tous les deux les mêmes symptômes d’empoisonnement.
Le lendemain j’ai trouvé ça dans une gamelle à nourriture bien cachée près de l’endroit où il viennent manger.

Poison avec croquettes

Il y a donc un bipède malfaisant qui s’est introduit chez moi à mon insu pour empoisonner mes chats. Qui donc peut faire un truc pareil? Tuer pour le plaisir!
Ce n’est plus un empoisonnement collatéral mais bien un acte délibéré. De plus l’individu en question est tellement imbu de sa petite personne qu’il pense être en droit de pénétrer chez moi à mon insu.
Celui qui fait subir cela à un animal ne mérite pas mieux. Qu’il soit touché par une maladie incurable qui le fasse souffrir longtemps!