Réseaux asociaux

Que Donald Trump soit un imbécile n’est peut être pas faux, je ne l’aime pas non plus, mais de là à supprimer son espace de communication il y a un pas que l’on ne devait pas franchir.
Mais c’est fait et le pire c’est que tout le monde (qui peut encore s’exprimer) exulte suite à cette censure.
A quand les livres brûlés en place publique? Le retrait de la connexion internet pour ceux qui sont considérés non conformes?
De quel droit ces entreprises privées (car ce sont bien des entreprises privées) décident-elle de qui à le droit ou pas d’être divulgué?
On est bien sur la pente fangeuse du néo-fascisme mondial sans que quelqu’un n’y trouve à redire.

Mettez un couvercle sous la marmite sans éteindre le feu en dessous et cette marmite la vous explosera à la figure.

Le jour où les gens demanderont des comptes à tous ces tyrans d’opérette, ce sera pour les mener à l’échafaud et l’on sera bien avancé, parce que ce jour là l’échafaud tournera à plein régime et pas seulement pour les coupables, et c’est bien ça qui devrait nous faire peur, pas les jérémiades de Trump!

Plaidoirie pour l’interdiction des réseaux sociaux

Il est interdit d’interdire! quelle belle phase et quel mirage!

Déjà à l’avènement de la télévision tout le monde bien pensant ne tarissait pas d’éloges pour cette merveille de la technologie. Que de merveilles, de progrès et bien d’autres bonnes choses allaient pouvoir se réaliser grâce à ce nouveau moyen de communication (on ne parlait pas encore de média). La culture allait être dispensée à toute l’humanité et le monde en serait transformé.

Pour être transformé, oui il a bien été transformé mais est-ce bien dans le bons sens.

Des émissions culturelles de ses débuts (cours du CNAM, Documentaires Historiques, Films de Cousteau et d’Haroun Tazzief) plus rien ne subsiste. Ne reste plus que des séries Américaines plus nulles les une que les autres, les « reality-show » glauques prônant l’orgueil, la vanité, le mensonge et la compétition à mort entre les humains, style « Koh Lanta », « Reine du Shopping » et autres abrutissements collectifs de tout genre.

C’est certainement pour palier à cela que l’on a inventé l’internet et les réseaux sociaux. Ces derniers démocratisent enfin l’accès à l’information et la diffusion des idées. Quelle belle affaire!

En fait d’informations on trouve sur le net de tout et n’importe quoi même sur des sites qui se prétendent sérieux. Les actualités sont tronquées puisque elles ne présentent que les gros titres et le reste est limité aux abonnés (ce qui ne me choque pas en fait, rien ne peut être gratuit). Si l’on trouve effectivement des informations hautement sérieuses, l’utilisateur moyen se vautre malheureusement dans la fange des contre vérités et des assertions idiotes.
Quant à la libre circulation des idées soyons lucides, il vaudrait mieux parler de la libre circulation de la bêtise et de la haine.

La règle sur ces réseaux n’est pas la discussion au sens noble, qui par essence est une confrontation saine d’idées ou d’hypothèses mais une suite de conversations par recopie et de critique binaires (J’aime / J’aime pas).

« Glop » / pas « Glop »,  voilà le niveau de la dialectique des réseaux sociaux!